Le Bilan en quelques chiffres du SIAD en 2015

Pendant l’été, le SIAD ne fait pas de pause, comme en témoignent les projets de terrain dont nous vous parlons dans cette lettre, et les événements que nous préparons activement pour la rentrée. L’été est aussi l’occasion de prendre un temps pour faire un bilan de nos actions sur l’année écoulée.

En 2015, le SIAD a poursuivi sa croissance dans sa mission de soutien à l’entrepreneuriat en Afrique. Nous sommes intervenus en France, au Cameroun, au Mali, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Nous avons mis en œuvre 14 projets de développement international. 1454 entrepreneurs, dont 769 femmes, ont été appuyés dans la création ou le développement d’un projet économique viable, en collaboration avec 41 partenaires locaux. Cela représente un quasi doublement du nombre de bénéficiaires de nos programmes par rapport à l’année 2014.

Diagramme 2 rapport d'activité 2015 Nombre de bénéficiaires 2015

Répartition par axe des bénéficiares 2015

Le SIAD mène son action sur 3 axes d’intervention : (1°) l’entrepreneuriat en Afrique, (2°) l’entrepreneuriat Nord-Sud des diasporas africaines et (3°) Microentreprises et filières agricoles.

1° L’Entrepreneuriat en Afrique

3 dispositifs sont mis en œuvre, dont 1 nouveau projet lancé en Côte d’Ivoire. En 2015, 445 entrepreneurs ont été formés et/ou accompagnés à travers ces programmes ; 210 microprojets ont été rédigés avec l’appui de nos équipes, dont 136 ont été évalués positivement et accompagnés dans l’accès au crédit auprès d’une institution de microfinance.

° Le Guichet de l’Emploi de Treichville, Côte d’Ivoire.
Créé en mai 2014, le SIAD fournit une assistance technique à la commune pour développer ce dispositif d’insertion professionnelle. En 2015, 170 personnes (jeunes et femmes) ont été formés à l’entrepreneuriat, 55 projets d’entreprise ont été validés par un comité projet et 13 projets ont été financés. L’objectif global du dispositif est de créer ou consolider 200 emplois stables, dont 50% occupés par des femmes.

° Graines de Talent, Cameroun.
Créé en mars 2010, cette pépinière d’entreprise a pour objectif de promouvoir, financer et accompagner la création de startups par les jeunes camerounais. En 2015, cette pépinière a organisé la 2ème édition du concours de l’entrepreneuriat féminin Volunteer qui a récompensé 3 lauréates. Celles-ci se sont vu remettre un prêt d’honneur assorti d’un programme de formation et accompagnement. 80 étudiants de master de l’université de Yaoundé 1 ont suivi une formation en entrepreneuriat de Graines de Talents. 58 jeunes ont participé au cycle de formation en création et gestion d’entreprise TRIE/CREE/GERME organisé par la pépinière.

° Programme d’électrification rurale, Burkina Faso.
Ce programme, en cours de réalisation avec le soutien de la Commission Européenne, de la Fondation 2iE, de la Cofides Nord-Sud, de URC Nazinon et du FDE, a pour objectif de développer des solutions d’accès à l’énergie solaire pour les microentreprises, les centres sociaux et les ménages en milieu rural. 10 villages des communes de Guiba et Bindé sont concernés, soit 5 000 personnes dont 380 opérateurs économiques, qui accéderont à l’électricité à la fin de ce programme. En 2015, les études de dimensionnement des centrales photovoltaïques ont été finalisé et le chantier de construction a été lancé. En parallèle, 107 entrepreneurs ont été sélectionnés dans les villages et accompagnés dans le montage d’un projet visant à valoriser l’électricité pour le développement de leur microentreprise. 78 projets ont déjà été validés et orientés vers l’institution de microfinance partenaire URC Nazinon. Cette dynamique permettra d’accompagner la création de nouvelles activités et de nouveaux emplois ruraux dans les villages, grâce à l’accès à l’électricité.

2° L’Entrepreneuriat Nord-Sud des Diasporas Africaines

5 dispositifs sont mis en place, 2 aux Mali dans la région de Kayes et 3 en France.
En 2015, 422 personnes ont bénéficié de ces programmes.

° Dispositif d’appui à la création d’entreprises à Yélimané, en collaboration avec la mairie de Montreuil, le syndicat inter-collectivités Meraguemou et l’association pour le développement du cercle de Yélimané en France.
L’objectif est de former et d’accompagner 20 entrepreneurs-euses, en France et au Mali, et d’appuyer au financement et/ou à la création de 16 entreprises. L’enjeu est de contribuer à la dynamisation économique de la zone et développer de réelles alternatives à la migration. En 2015, 48 entrepreneurs ont été formé à la création d’entreprise.

° Dispositif de développement économique à Kéniéba, en collaboration avec l’association des ressortissants du cercle de Kéniéba en France, le conseil départemental du Pas-de-Calais, le conseil du cercle de Kéniéba et l’association pour la valorisation des ressources locales.
L’objectif est d’accompagner 60 entrepreneurs-euses, en France et au Mali, et de développer l’attractivité des filières arboricoles durables à Kéniéba par rapport au secteur minier. En 2015, 222 entrepreneurs ont été formé dans le cadre de ce dispositif.

° Cré’Afrique Montreuil, la fabrique de projets des diasporas africaines.
En 2015, 2 séances d’accueil et de formation d’initiation à l’accompagnement pour les nouveaux bénévoles ont été réalisées. 8 ateliers Cré’Africains ont été réalisés, avec 25 participants en moyenne par ateliers, ce qui représente 193 entrepreneurs.

° Cré’Afrique Midi-Pyrénées
En 2015, 22 porteurs de projets (dont 18 demandeurs d’emploi) ont été accompagnés et formés à la création d’entreprise à travers 11 ateliers de formation. L’Apéro Solidaire « l’Afrique en Mouvement » du 19 novembre, co-organisé avec Parlons-En, a permis de présenter 5 projets et réuni 150 personnes. Le prix du projet solidaire, d’une valeur de 8000€, a été attribué au projet Ballons Rouges.

° Résonances Nord-Sud, l’accélérateur de projets pour l’entrepreneuriat social en lien avec l’Afrique.
En 2015, la promotion pilote a permis d’accompagner 12 entrepreneurs, à travers 10 projets sociaux à dynamique nord-sud dans des domaines aussi variés que l’agriculture & l’alimentation durable, l’accès aux énergies renouvelables, ou encore l’éducation & l’insertion professionnelle des jeunes. Au centre du développement d’une communauté de 19 partenaires, Résonances Nord-Sud continue son expansion et lance actuellement, jusqu’au 18 septembre, l’appel à candidatures pour sa 3ème promotion.

3° Axe Microentreprises et Filières Agricoles

En 2015, 587 entrepreneurs et agriculteurs ont bénéficié de nos programmes de développement agricole.

° Projet d’Approvisionnement en Eau des Périmètres maraîchers d’oignons dans la province de l’Oudalan (PAEPM), Burkina Faso.
L’objectif de ce programme, réalisé en partenariat avec ADECO, APME.2A, RFA et CIRAD, est d’améliorer l’accès à l’eau pour 500 maraîchers. Sur le terrain en 2015, cela s’est concrétisé par la réhabilitation de 2 boulis villageois, de l’aménagement d’un terrain de 7ha pour les cultures maraîchères avec la création de 52 nouveaux emplois, l’installation de 4000 mètres de clôture, la commande de matériel d’irrigation goutte à goutte pour un périmètre test d’1ha, la formation de 15 groupements à l’approche genre et la participation à un atelier régional sur l’entrepreneuriat féminin. 150 agriculteurs ont bénéficié de ce programme.

° Projet Sésame niébé, Burkina Faso.
L’objectif de ce projet, réalisé en partenariat avec ADECO, APME.2A et CIRAD, est de promouvoir la diversification agricole respectueuse de l’environnement par les exploitants familiaux vulnérables, à travers la culture agro-écologique, la conservation, la transformation et la commercialisation du niébé et du sésame. En 2015, cela s’est concrétisé par la formation de 225 paysans aux techniques de culture du sésame, du niébé et à l’utilisation de fumure organique, la création de 10 champs écoles agro-écologiques, l’appui à la création de 5 unions de groupements de producteurs de sésame et de niébé, la distribution de 100 sacs de conservation à triple fonds et l’aménagement d’un magasin de conservation du niébé de 50 tonnes à Gorom Gorom. 311 agriculteurs ont bénéficié de ce programme.

° Structuration et renforcement des actrices des filières vivrières sur l’axe Oumé-Abidjan, Côte d’Ivoire.
L’objectif de ce projet, réalisé en partenariat avec l’ONG Dans mes Bras, FORSCOT, ADECO, APME.2A et le CIRAD, est de contribuer à la pérennisation de la capacité de l’agriculture à nourrir les villes par la production locale en Côte d’Ivoire. En 2015, cela s’est concrétisé par la formation de 76 productrices à la vie associative, à des techniques culturales améliorée, à de la comptabilité simplifiée et d’un renforcement de leur équipement technique pour une culture sur 3,8ha. 50 commerçantes ont également été formées à la vie associative, la comptabilité simplifiée, aux techniques commerciales et à la bancarisation. Elles ont également bénéficié d’un accompagnement et d’un dépôt de garanti auprès de deux instituts de microfinance. 126 commerçantes et productrices ont été accompagné dans le cadre de ce programme.

Pierre Cuche, directeur du SIAD.

Partager cet article


[feather_share]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*