Le Retour du SIAD sur le Forum Convergences

logo-forum-convergences

Vous n’avez pas pu y assister ? Le SIAD y est allé pour vous !

Petit retour sur le forum Convergences, qui s’est tenu les 5, 6 et 7 septembre à Paris.

Cette 9e édition du forum était placée sous les auspices de la triple formule : Zéro Exclusion, Zéro Carbone et Zéro Pauvreté. En effet, cette plateforme de réflexion collective créée par ACTED a rassemblé des acteurs publics et privés pour penser ensemble le monde de demain et résoudre cette équation déjà rencontrée lors de la COP 21.

Les acteurs de la solidarité internationale se retrouvaient avec les représentants du Ministère de l’Aménagement et du Territoire et les représentants de banques impliquées dans la finance solidaire, pour discuter de la thématique de la relance des territoires.  Notre chargée de mécénat, Eléonore Genest, a pu participer à un atelier dédié au mécénat, elle nous rapporte ce qu’elle y a entendu. « Comment mobiliser les acteurs ? » était l’une des questions centrales du forum. Le numérique apparaît comme une des solutions pour faire agir les différents acteurs du territoire. C’est un moyen de « briser le plafond de verre et de créer la capacité individuelle et collective d’agir » selon Jérôme Lhôte, le président et co-fondateur de Koom, une plateforme qui donne à connaître des actions citoyennes près de chez soi.

La conférence « Micro-projets, des incubateurs d’initiatives solidaires » présentait différentes façons de proposer un projet, et de le faire financer. Les fondations d’entreprises proposent de s’allier avec des associations dans le montage de projets, elles ont présenté leur mode d’action autour de la question « Société économique globalisée : vers un mécénat globalisé ?« . Jacqueline Delia-Bremond, de la fondation Ensemble, a insisté sur les mesures d’impact utilisées pour vérifier les résultats de leurs partenariats avec les associations. Elle a ajouté qu’elle se rendait sur place, pour en mesurer l’impact. De même, la fondation Chanel a insisté sur ce point, en complétant avec un fonctionnement très spécifique à cette structure : elle s’engage à financer des projets et à impliquer ses salariés, ce qui permet des transferts de compétences qui favoriseront la réussite du projet. Chaque fondation a donc cherché au cours de ces dernières années à acquérir un gage de qualité, par les mesures d’impact développées : la fondation Emirates s’appuie maintenant sur un réseau de fondations arabes, avec les mêmes critères d’évaluation, dans le domaine qui est le sien, l’éducation et l’implication des jeunes sur des projets d’avenir.

Après avoir parléde partenariats association-entreprise, d’autres conférences traitaient de thématiques spécifiques recoupant l’objectif des trois zéros : zéro pauvreté, zéro exclusion et zéro carbone. La conférence intitulée « Crowdfunding pour l’accès à l’énergie » présentait ainsi des inventions récentes pour implanter de l’énergie solaire en Afrique. « Comment l’éclairage solaire hors-réseau et l’industrie de l’énergie solaire peuvent-ils donner une ampleur sans précédent à la lutte contre la précarité énergétique ? » Face à cette question, Julie Dautel a présenté le produit inventé par sa firme Zéphyr Solar : un nouveau type de fournisseur d’énergie solaire, le ballon photovoltaïque, pourrait permettre à des zones de crise d’avoir accès rapidement à l’électricité. Les échanges avec le public de la conférence ont permis à la startup française la Gazel de présenter son produit : une lampe solaire entièrement fabriquée au Burkina Faso.  Le solaire semble avoir de belles années de développement en perspective !

La conférence organisée par l’école Agro Paris Tech a permis de présenter une nouvelle forme d’agriculture qui se met en place dans nos villes : l’agriculture urbaine. « Comment penser la ville autrement ? » Quelle est la place de la recherche pour produire mieux ? La société Culture en Villes, fondée par Antoine Juvin, représente une de ces démarches de reconnexion entre le citadin et l’agriculture. Son objectif principal est d’accompagner ceux qui le souhaitent vers l’installation d’un jardin partagé, d’un toit végétalisé… Ce qui laisse entrevoir des modèles économiques nouveaux, permettant la création potentielle de nouveaux emplois. Et ceci, tout en prenant un nouveau rôle social : cela peut permettre la création de liens, forger l’éducation des jeunes générations… Tout ceci prend forme avec des concrets : Grégory Rohart, chargé de développement durable chez la RATP a présenté le projet immobilier monté sur les bâtiments de la firme, avec des toits végétalisés, des potagers, des aquariums à écrevisses… Bref, ces débats ont fait apparaître les mutations en cours !

La journée du 6 septembre se terminait avec la soirée Youth We Can : un grand rassemblement destiné à la jeunesse faisant intervenir de jeunes entrepreneurs sur leur projet, leurs questionnements. Alexandre Jardin, écrivain et co-fondateur du mouvement Bleu Blanc Zèbre était aux côtés de David Katz, le créateur de The Plastic Bank. C’est par exemple avec le témoignage de Léonore de Roquefeuil que chacun pouvait se voir en acteur de demain : elle a parlé de sa motivation à changer les mentalités. En créant la plateforme VOXE.org elle a l’intention de lutter contre l’abstention en proposant un comparateur de programme politique. Nicolas Le Berre a voulu lui aussi jouer la carte de l’information : avec New CITYzens, il se propose de faire des reportages dans le monde montrant des initiatives concrètes. Pour assister à un lieu de rencontres d’idées, rendez-vous à Convergences l’année prochaine !

Partager cet article


[feather_share]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*