Prenez des nouvelles des productrices d’oignons de l’Oudalan

 

 

  Nous vous invitions ce mois-ci à prendre des nouvelles des productrices d’oignons de l’Oudalan et à suivre à nos côtés les effets directs de votre contribution au projet sur Blue Bees et en soutenant le SIAD.

  La campagne maraichère d’oignons est achevée dans l’Oudalan (elle aura durée du mois de novembre 2013 au mois de mars 2014) et, grâce au prêt récolté sur BlueBees en avril, le social business Albassal Sahel a pu commencer sa collecte auprès des agricultrices, remplissant ainsi ses missions principales : rémunérer équitablement les productrices d’oignons pour leur activité maraichère (cruciale en période de soudure), stocker la production dans les 2 centres construits dans le cadre du projet et ainsi éviter l’immense gaspillage des ressources naturelles qui persistent en Afrique (faute d’infrastructure, 30% de la production est perdue chaque année), et la commercialiser sur les marchés urbains. Elle fait ainsi bénéficier les habitants de l’Oudalan d’oignons pro-biologiques tout en favorisant les acteurs locaux de l’agriculture familiale. Concrètement cest plus de 17 tonnes qui ont été achetées aux productrices que nous soutenons dans les villages de Saouga, Ourou Hesso, Markoye et Doumam !  Au total, ce sont 251 femmes qui ont ainsi pu écouler leur production grâce à l’entreprise et surtout augmenter considérablement leurs revenus ! Et ce n’est pas fini : les bénéfices tirés de la vente directe de cette première collecte permettront d’acheter le reste de la production des agricultrices de l’Oudalan, sécurisant ainsi leurs revenus jusqu’à la prochaine campagne qui démarrera en novembre prochain !

  Pour Hadjira Boukari, présidente du groupement du village Saouga, l’entreprise Albassal leur apporte beaucoup car dit-telle, « j’ai vendu 170 000 FCFA d’OIGNON et avec cet argent j’ai pu investir dans l’achat d’une chèvre».

 

  Mais notre action dans l’Oudalan ne se limite pas à la diversification des revenus agricoles et au renforcement de la filière oignon. Ce mois-ci, nous vous donnons aussi des nouvelles des clubs d’écoute qui se tiennent désormais sur chaque périmètre maraicher en présence des productrices et de leurs époux, toujours plus nombreux à se joindre aux débats animés par notre partenaire local : Réseau Femmes en Action.

Les premiers effets sont là et la communauté s’engage activement pour réduire les inégalités homme-femme. Des actions pilotes ont été menées et des engagements pris pour permettre aux productrices de s’adonner à leur activité sereinement. Nos équipes ont pu constater de réels changements :

  • La libération à temps des périmètres pour le démarrage des pépinières ;
  • La présence renforcée des hommes dans les champs lors des récoltes pour décharger les femmes afin qu’elles puissent démarrer les pépinières ;
  • La mise à disposition de la charrette pour le transport des oignons jusqu’au marché ;
  • Une plus grande disponibilité des femmes pour d’éventuels projets d’alphabétisation.
  • Et le démarrage des négociations sur la sécurisation foncière des sites maraichers.

  La dynamique lancée prend aussi de l’ampleur dans tout le Burkina grâce à une émission de plaidoyer sur le sujet épineux du financement de l’entreprenariat féminin et en particulier des récoltes. Sensibilisées aux contraintes que rencontrent les femmes, les IMF locales et les autorités de la région de l’Oudalan vont ainsi pouvoir prendre les mesures nécessaires pour faciliter leur accès au crédit !

Partager cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*