Une entreprise sociale pour soutenir l’Agriculture Familiale

Une entreprise sociale pour soutenir l’Agriculture Familiale

Localisation


Région de l'Oudalan, Burkina Faso

Durée du projet


3 ans (2014-2016)

Au Burkina Faso, dans la région sahélienne et plus particulièrement dans la province de l’Oudalan (une des plus pauvres et enclavées du pays), le SIAD s’engage depuis plusieurs années aux côtés d’acteurs locaux pour soutenir l’agriculture familiale. Pour soutenir les petits exploitants burkinabé, et en particulier les femmes qui tirent la majorité de leurs revenus de la production d’oignons et de sésame, nous avons mis en place un modèle d’entreprise sociale qui permet aux productrices  de bénéficier de services innovants pour commercialiser leur production :

  • un accès au crédit et à des semences certifiées de qualité
  • des contrats commerciaux équitables qui leur assurent un prix rémunérateur
  • des centres de stockage pour qu’elles puissent conserver leur production et bénéficier de la hausse des prix
  • des formations et un appui technique régulier.

La valeur ajoutée de cette entreprise sociale est que son capital est détenu par les agricultrices, ce qui permet aux 500 productrices appuyées par le projet de participer directement aux décisions stratégiques prises par l’entreprise. Elles deviennent donc actrices à part entière et voient leurs capacités économiques renforcées en s’initiant à la comptabilité, à la gestion ainsi qu’à l’épargne.

L’entreprise sociale commercialise de l’oignon pro-biologique et a signé une charte dans laquelle elle s’engage à travailler avec au moins 80% de petits exploitants.

La difficulté que rencontre aujourd’hui l’entreprise est l’absence de financement durable. Au Burkina Faso, les exploitations agricoles familiales comme les PME agro alimentaires sont délaissées par le gouvernement, du fait de leurs faibles performances alors qu’elles représentent plus de 70% de la production alimentaire. En soutenant ce projet, vous permettez ainsi de :

  • Doter l’entreprise d’un fonds de roulement pour lui permettre d’acquérir les matières premières et les outillages nécessaires à son fonctionnement.
  • Collecter, stocker et commercialiser près de 60  tonnes d’oignons par campagnes agricole et rémunérer ainsi les productrices équitablement.
  • Eviter le gaspillage des denrées alimentaires (plus de 30% de la production en région sahélienne) grâce à la construction de centres de stockages.

Aidez-nous en faisant un don pour ce projet ou en le partageant sur les réseaux sociaux.

"L'ESOP nous apporte beaucoup car avant la vente groupée, le taux de pourrissement était énorme et représentait jusqu'à 30 % des récolte, sans compter toutes les quantité perdu dans la distribution fait dans le circuit social. J’ai vendu 170000 FCFA d’OIGNON et avec cet argent je peux investir dans l’achat de petit ruminant mouton ou chèvre pour faire de l’embouche ou pour la reproduction » Hadjira Boukari, présidente d'un groupement d'agricultrices dans le village de Saouga.

Soutenez ce projet

Partager ce projet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*