Conférence InvEnt organisée par le Conseil supérieur des Burkinabé de l’extérieur (CSBE) _ 22 juin 2019

OTENTIK PROD-8 (1)

Benjamin Zoumba Délégué CSBE, Paris, France

Le 22 juin dernier, le CSBE a organisé la première édition de la Conférence InvEnt. 

Cette journée était placée sous la thématique de l’investissement et de l’entrepreneuriat au profit de la Diaspora africaine et plus particulièrement burkinabé en France.

Le SIAD a participé à cet événement à travers son président, Monsieur Olivier BOSSA, qui est intervenu lors de l’une des nombreuses tables rondes qui ont eu lieu.

Suite à cette journée, nous avons échangé avec l’organisateur de cet événement, Monsieur Nongainéba Benjamin ZOUMBA, Délégué CSBE, Paris, France. 

– Monsieur Zoumba, pourquoi avoir décidé d’organiser la conférence du 22 juin ? 

La conférence du 22 juin est une concrétisation d’une action prévue dans le cadre de notre programme économique pour la diaspora en tant que Délégué au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Extérieur. En conséquence, la conférence se justifie et s’inscrit dans la vision économique que nous portons pour la diaspora. Il s’agit de faire du CSBE un outil de promotion de l’intégration économique de la diaspora afin que celle-ci devienne plus solidaire, dynamique et entreprenante.

– Quel(s) étai(en)t l’(es)objectif(s) de cette conférence ? 

Nous visons trois objectifs principaux. Le premier était de sensibiliser nos compatriotes burkinabè et africains à considérer l’entrepreneuriat comme étant une voie à explorer. 

Le second était de contribuer à promouvoir les initiatives entrepreneuriales de celles et ceux qui sont en phase de démarrage. C’est ainsi que vous avez constaté la participation d’entreprises naissantes comme UNIVERKIT.COM, ESSITECH, Rep@s, Perle d’orange et la marque C’7 Léger. 

Le troisième objectif visait à réunir d’une part, des acteurs de l’écosystème comme le SIAD, le Club Efficience et l’ADIE, et d’autre part, des entrepreneurs établis pour échanger, partager de l’expérience et des bonnes pratiques.

– Quelle est la postérité de cette conférence? Qu’envisagez-vous pour le futur ?  

Pour le futur et dans le cadre de notre vision de contribuer à dynamiser et rendre entreprenantes nos diasporas il y a deux choses qui nous tiennent à cœur. C’est d’abord organiser quelque chose de plus géant avec le soutien et la collaboration fructueuse d’autres acteurs de l’écosystème. Ensuite, nous souhaitons pouvoir mettre en place (ex-nihilo ou en partenariat) un dispositif qui pourra accompagner l’implémentation des intentions entrepreneuriales et/ou des entreprises naissantes de nos diasporas ici en France ou au Burkina Faso.

– Quels sont les retours que vous avez eus à la suite de l’événement ? 

Nous avons eu des retours divers et multiformes. Ils sont venus des participants et des conférenciers. Ils sont également issus de Burkinabè vivant en France, au Burkina Faso et ailleurs, mais aussi de non Burkinabè.

– Avez-vous eu des partenariats à la suite de cette conférence ? ( institutionnels, étatiques… ?) 

Après la conférence, nous avons eu des contacts aussi bien de structures privées que publiques. Oui, elles nous félicitent pour l’initiative et se disent disposées à collaborer. Nous sommes bien sûr très ouverts pour les partenariats car c’est bien ensemble et solidairement que nous pourrons réaliser des choses utiles pour nos diasporas.

Nous sommes heureux d’avoir pris part à cette conférence qui a été l’occasion pour la diaspora burkinabè d’échanger avec des acteurs économiques, ainsi qu’avez les membres de l’Ambassade du Burkina Faso à Paris et des membres du ministère de l’Économie et des Finances du Burkina Faso qui ont fait le déplacement. 

Partager cet article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*