Nouveau site internet pour les entrepreneurs : Entreprendre en Afrique

Sans titre-5

Sans titre-5

Le 11 juin 2019, le Siad a lancé son premier site internet dédié à l’entrepreneuriat en Afrique : Entreprendre en Afrique.
En effet, après plusieurs semaines de développement, nous sommes heureux de pouvoir vous présenter notre plateforme dédiée à l’entrepreneuriat en Afrique.
Ce site est pensé pour les entrepreneurs africains. Il permet d’accompagner les porteurs de projet et d’évaluer leur connaissances dans l’entrepreneuriat, ainsi que leur capacités à devenir entrepreneur. Vous y trouvez des informations et ressources sur le thème de l’entrepreneuriat en Afrique et plus particulièrement en Côte d’ivoire, au Cameroun, au Sénégal et au Mali , selon le principe de la curation de contenu.
Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de visiter le site, c’est le moment de le faire en cliquant ici

Publié dans Actualités

Conférence InvEnt organisée par le Conseil supérieur des Burkinabé de l’extérieur (CSBE) _ 22 juin 2019

IMG_9850

OTENTIK PROD-8 (1)

Benjamin Zoumba Délégué CSBE, Paris, France

Le 22 juin dernier, le CSBE a organisé la première édition de la Conférence InvEnt. 

Cette journée était placée sous la thématique de l’investissement et de l’entrepreneuriat au profit de la Diaspora africaine et plus particulièrement burkinabé en France.

Le SIAD a participé à cet événement à travers son président, Monsieur Olivier BOSSA, qui est intervenu lors de l’une des nombreuses tables rondes qui ont eu lieu.

Suite à cette journée, nous avons échangé avec l’organisateur de cet événement, Monsieur Nongainéba Benjamin ZOUMBA, Délégué CSBE, Paris, France. 

– Monsieur Zoumba, pourquoi avoir décidé d’organiser la conférence du 22 juin ? 

La conférence du 22 juin est une concrétisation d’une action prévue dans le cadre de notre programme économique pour la diaspora en tant que Délégué au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Extérieur. En conséquence, la conférence se justifie et s’inscrit dans la vision économique que nous portons pour la diaspora. Il s’agit de faire du CSBE un outil de promotion de l’intégration économique de la diaspora afin que celle-ci devienne plus solidaire, dynamique et entreprenante.

– Quel(s) étai(en)t l’(es)objectif(s) de cette conférence ? 

Nous visons trois objectifs principaux. Le premier était de sensibiliser nos compatriotes burkinabè et africains à considérer l’entrepreneuriat comme étant une voie à explorer. 

Le second était de contribuer à promouvoir les initiatives entrepreneuriales de celles et ceux qui sont en phase de démarrage. C’est ainsi que vous avez constaté la participation d’entreprises naissantes comme UNIVERKIT.COM, ESSITECH, Rep@s, Perle d’orange et la marque C’7 Léger. 

Le troisième objectif visait à réunir d’une part, des acteurs de l’écosystème comme le SIAD, le Club Efficience et l’ADIE, et d’autre part, des entrepreneurs établis pour échanger, partager de l’expérience et des bonnes pratiques.

– Quelle est la postérité de cette conférence? Qu’envisagez-vous pour le futur ?  

Pour le futur et dans le cadre de notre vision de contribuer à dynamiser et rendre entreprenantes nos diasporas il y a deux choses qui nous tiennent à cœur. C’est d’abord organiser quelque chose de plus géant avec le soutien et la collaboration fructueuse d’autres acteurs de l’écosystème. Ensuite, nous souhaitons pouvoir mettre en place (ex-nihilo ou en partenariat) un dispositif qui pourra accompagner l’implémentation des intentions entrepreneuriales et/ou des entreprises naissantes de nos diasporas ici en France ou au Burkina Faso.

– Quels sont les retours que vous avez eus à la suite de l’événement ? 

Nous avons eu des retours divers et multiformes. Ils sont venus des participants et des conférenciers. Ils sont également issus de Burkinabè vivant en France, au Burkina Faso et ailleurs, mais aussi de non Burkinabè.

– Avez-vous eu des partenariats à la suite de cette conférence ? ( institutionnels, étatiques… ?) 

Après la conférence, nous avons eu des contacts aussi bien de structures privées que publiques. Oui, elles nous félicitent pour l’initiative et se disent disposées à collaborer. Nous sommes bien sûr très ouverts pour les partenariats car c’est bien ensemble et solidairement que nous pourrons réaliser des choses utiles pour nos diasporas.

Nous sommes heureux d’avoir pris part à cette conférence qui a été l’occasion pour la diaspora burkinabè d’échanger avec des acteurs économiques, ainsi qu’avez les membres de l’Ambassade du Burkina Faso à Paris et des membres du ministère de l’Économie et des Finances du Burkina Faso qui ont fait le déplacement. 

 

Cliquez ici pour accéder au reportage vidéo

 

Publié dans Actualités

Cycle de formation à la création d’entreprise au Mali

IMG_1752

IMG_1752

Le 22 Mars dernier, le SIAD, en partenariat avec l’ADCYF, a organisé la 5ème séance de son cycle de sensibilisation à la création d’entreprise au Mali, sur le thème : « Financer son projet d’entreprise au Mali ».

Cette séance a permis aux participants de mieux comprendre la relation banque-entreprise au Mali. 

Co-animé par l’ancien directeur de la Banque Malienne de Solidarité (BMS), Monsieur SAKO Noumoumory, l’atelier a permis de présenter le système bancaire malien ainsi que les différents modes de financement proposés par les banques dans le cadre d’un développement d’activité. 

Ce dernier a également rappeler l’importance de travailler un plan de financement fiable pour obtenir un crédit auprès de banque. Il a aussi prodigué des conseils concernant la présentation d’un projet à un potentiel financeur. 

Organisé dans le cadre de la coopération entre la Ville de Montreuil et le Cercle de Yélimané au Mali, le cycle de sensibilisation propose d’aborder toutes les thématiques de la création d’entreprise (étude de marché, stratégie commerciale, filières porteuses…) adaptées au contexte malien. 

Espace d’échange et de partage, ces ateliers souhaitent permettre aux entrepreneurs de mieux appréhender l’entrepreneuriat au Mali. Nous espérons que ce cycle a pu répondre aux attentes des participants. 

Au total, 35 personnes ont assisté aux formations. L’effectif des personnes présentes aux formations, en incluant ceux ayant participé à plusieurs sessions, s’élève à 51 participants avec un total de 76 inscriptions enregistrées.

Un nouveau cycle sera installé à la rentrée 2019, pour rester informer de l’actualité de l’association, n’hésitez pas à consulter notre site www.siad.asso.fr ou à nous suivre sur les réseaux sociaux. 

Publié dans Actualités

Le SIAD recrute!

1 poste

Volontariat de Service Civique – 8-12 mois
Appuyer les initiatives entrepreneuriales des diasporas africaines

Durée : 8 mois

Nous recherchons un(e) service civique pour participer au développement de notre offred’appui et formation en direction des entrepreneurs et associations de solidarité internationale des diasporas africaines.

Cadre d’intervention :

Le SIAD :

Le Service International d’Appui au Développement est une Organisation de Solidarité Internationale (OSI) française créée en 1988. L’association a vocation à appuyer ledéveloppement économique durable en Afrique subsaharienne. Ses actions visent à soutenir les jeunes entrepreneurs, les femmes et les organisations paysannes dans ledéveloppement d’activités économiques pérennes, responsables et solidaires. Ses actions s’inscrivent dans un partenariat stratégique avec la coopérative financière Cofides Nord- Sud, créée en 1995 pour soutenir l’accès aux services financiers des promoteurséconomiques africains.

Le SIAD soutient le développement économique durable de l’Afrique selon 3 grands axes d’intervention :

  • L’appui à l’entrepreneuriat par la formation, le compagnonnage et l’incubation d’entreprise : en France et en Afrique, nous favorisons les initiatives économiqueset sociales en accompagnant les porteurs de projet dans la création et le développement de leur entreprise. Grâce à des méthodes et des outils de formations adaptés (en présentiel mais aussi à distance), le SIAD apporte les connaissances et les informations pratiques nécessaires aux entrepreneurs de demain. Au sein depépinière d’entreprises (notamment à Yaoundé, au Cameroun) et d’accélérateur(notamment à Montreuil), nous leur offrons également des espaces de travailmutualisés, un cadre d’apprentissage collectif et une équipe permanente d’appuiconseil.
  • La structuration de filières agricoles durables et la sécurité alimentaire :nous permettons aux producteurs du Sud participants d’une agriculture familiale d’améliorer leurs conditions économiques en soutenant et diversifiant les activités génératrices de revenus qu’ils mettent en œuvre mais aussi grâce au développement de filières porteuses et la mise en place de services collectifs innovants (de conservation, de commercialisation, de transport, de financement etc.).
  • Et de manière transversale, l’accompagnement de l’action des diasporas : nous soutenons les initiatives des diasporas africaines, associations (OSIM) comme entrepreneurs, dans le montage et la mise en place de leurs projets à vocationéconomique. Nous considérons l’action des diasporas comme un vecteur desolidarité entre les pays de vie et les pays d’origine via le transfert de compétences,de moyens et de valeurs.

Volontariat de Service Civique

Le SIAD participe aussi depuis 2012 d’un effort d’accès aux énergies vertes pour luttercontre la « facture énergétique » en Afrique, qui prive d’accès plus de 80% des populationsrurales. Le SIAD met en place des systèmes d’accès à l’énergie misant sur les ressources locales disponibles (comme l’énergie solaire), favorisant ainsi la création d’entreprise etréduisant la migration des jeunes vers les villes.

En 2017, l’association exécute 15 projets de développement international dans 6 pays : Burkina-Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, France, Mali, Sénégal, au travers de l’action de 3antennes (Montreuil, Toulouse et Ouagadougou) et de 41 partenaires locaux.

Plus d’infos : www.siad.asso.fr

Le programme Dias’invest 237 :
Initié par le Ministère des Relations Extérieures du Cameroun et financé par Agence Française de Développement, Dias’invest 237 est un dispositif d’accompagnement des entrepreneurs de la diaspora camerounaise. Articulé entre la France et le Cameroun, le dispositif a vocation à accompagner les entrepreneurs souhaitant créer leur entreprise au Cameroun.

Le dispositif binational d’appui à la création d’entreprise dans le Cercle de Yélimané :
Le SIAD participe depuis 2012 au dispositif d’appui à la création d’entreprise dans le Cercle de Yélimané, au Mali, en partenariat avec la Ville de Montreuil, l’association pour le développement du Cercle de Yélimané en France et le Syndicat Inter-Collectivités de Méraguémou. A travers le dispositif, les partenaires accompagnent les entrepreneurs locaux dans leur projet entrepreneuriaux et sensibilisent la diaspora malienne à la création d’entreprise au Mali.

Ta mission :

En étroite collaboration avec l’équipe SIAD au siège, salariée et bénévole, tu auras pour mission de :

1/ Identifier, accueillir, informer les porteurs de projet et OSIM

  •  Appuyer l’accueil des porteurs de projet et associations de ressortissants pour leur offrir conseil et orientation concernant leur projet
  • Participer à l’organisation de la sélection des porteurs de projet

2/ Appuyer les activités d’accompagnement et de suivi

  • Participer à la mise en œuvre de l’accompagnement et du suivi des porteurs de projet
  •   Participer à l’appui des projets des OSIM et associations partenaires
  •   Participer à l’évaluation et au suivi des temps forts des projets

– 3/ Animer la communauté

  •   Consolider le lien avec les parties prenantes des projets (entrepreneurs, coachs, partenaires, intervenants…)
  •   Participer à l’organisation et l’animation d’ateliers sur la thématique de la créationd’entreprises en Afrique.
  • −  Appuyer le développement des relations avec les associations du territoire
  • −  Participer à des événement réseaux (entrepreneuriat, solidarité, Afrique…)

Volontariat de Service Civique

 En résumé, participer au développement de la communauté SIAD et au succès des projets des entrepreneurs des diasporas que l’association accompagne !

Ce que nous t’offrons :

  • −  Rejoins une équipe dynamique et polyvalente composée de salarié(e)s et de bénévoles engagé(e)s et motivé(e)s.
  • −  Rencontre de futurs créateurs d’entreprise des diasporas africaines en Ile-de-Franceet comprends l’impact de leur action pour le développement de l’Afrique.
  • −  Découvre l’ambiance chaleureuse de Montreuil, carrefour d’identités multiples.

Ton profil :

  • −  Tu as un très bon relationnel et tu sais faire preuve d’écoute et bienveillance.
  • −  Tu es autonome, sais faire preuve d’initiatives et as le goût du challenge.
  • − Tu as un fort intérêt pour les questions de solidarité internationale, de développement économique au Nord et au Sud.
  • − Une expérience dans l’animation et des connaissances entrepreneuriales seraient un plus.

Statut et conditions :

– Prise de poste : dés que possible

− Statut : volontariat en service civique (www.service-civique.gouv.fr)

  • −  Horaires de travail : 32h par semaine
  • −  Durée : 8-12 mois
  • −  Poste basé à Montreuil (93) en Ile-de-France
  • −  Indemnisation selon conditions du Service Civique
  • −  Suivi hebdomadaire par la Chargée de mission Diasporas

Pour rejoindre notre équipe :

Envoyez Lettre de motivation + CV

Contact : Diane DEMOEN, chargée de mission Diasporas Par email : diane.demoen@siad.asso.fr
Par téléphone : 09 53 19 16 03

Publié dans Actualités

[Offre d’emploi] Le SIAD recrute un.e chargé.e de mission !

Recrutement

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le SIAD recherche un.e Chargé.e de mission « Diasporas, Co-développement & Entrepreneuriat Nord-Sud ».

Description de la mission :

Sous la responsabilité du directeur et en collaboration avec les référents des structures partenaires, l’équipe salariée et les bénévoles du SIAD, le/la chargé(e) de mission est en charge de la mise en œuvre de toutes les opérations en direction des diasporas africaines (entrepreneurs et OSIM).

Missions et activités* :

1. Coordination, suivi administratif et financier des activités de sensibilisation, formation et accompagnement (25%) :

  • Structuration du calendrier des activités,
  • Recrutement et encadrement des volontaires en service civique et autres ressources humaines sur les missions liées à ces activités,
  • Définition et suivi des KPI, rédaction du rapport annuel d’activités,
  • Production du reporting technique et financier nécessaire au suivi de ces activités par la direction de l’association, les bailleurs et partenaires,
  • Réalisation de la veille documentaire liée à ces activités,
  • Capitalisation et archivage nécessaire à l’amélioration continue des pratiques de l’association et de l’impact de ses activités.

2. Mise en place et animation des activités de sensibilisation, d’accompagnement et de formation (15%) :

  • Formalisation, validation et mise à jour des contenus
  • Conception et mise à jour d’outils et de méthodes pédagogiques spécifiques à la formation, l’accompagnement et l’animation de réunion,
  • Organisation de l’identification, de l’accueil et de l’orientation des porteurs de projet,
  • Animation des activités de sensibilisation, accompagnement et formation si prévu sur le projet,
  • Sinon, identification, accueil, formation et encadrement (suivi, évaluation) des bénévoles et prestataires nécessaires aux activités,

3. Développement de relations partenariales par la prospection, la contractualisation et l’évaluation de partenaires (15%) :

  • Associations de migrants (OSIM),
  • Formateurs, intervenants extérieurs,
  • Structures d’accompagnement, formation et sensibilisation en France et en Afrique (incubateurs, etc.),
  • Institutions financières : banques, IMF, etc.
  • Bailleurs,
  • Acteurs institutionnels (collectivités territoriales, administrations),

4. Structuration et développement de l’action de l’association avec les partenaires (25%) :

  • Identification, construction de nouveaux projets/programmes en collaboration avec les partenaires,
  • Veille et recherche de financement pour ces nouveaux projets/programmes,
  • Rédaction de propositions d’offre technique et de dossiers de subvention dans le cadre de réponse à appel à projets et / ou de demande de subvention,
  • Appui aux partenaires pour l’amélioration de leurs pratiques en termes de gestion de projet,
  • Mise en place et animation du réseau de partenaires.

5. Gestion et mise en œuvre de la communication relative aux activités pour le public diaspora (10%) :

  • Suivi et actualisation des informations relatives à ces activités sur le site Internet de l’association,
  • Réalisation des outils de communication nécessaires à ces activités,
  • Participation à l’élaboration des documents de communication de l’association (newsletter, prospectus, affiches, rapport d’activité, etc.),
  • Veille et diffusion d’informations relatives à ces activités en direction des publics de l’association, notamment sur les réseaux sociaux de l’association,
  • Organisation et participation aux manifestations permettant la promotion de ces activités.

6. Missions complémentaires (10%) :

Le/la chargé(e) de mission participera à l’organisation et au suivi des activités ordinaires de l’association : réunions d’équipes, CODIR, CA, AG. Ainsi qu’aux événements de sensibilisation, promotion et éducation au développement organisés par l’association.

*hors temps de formation

Activités et projets en cours en 2019

En 2019, le/la chargé(e) de mission sera en responsabilité sur :

  • La clôture et la réalisation du rapport final 2017-2019 du projet d’incubateur Résonances Nord-Sud financé par le Fonds Social Européen ;
  • La coordination et mise en œuvre des activités de l’association dans le cadre de l’accord de coopération décentralisée entre la ville de Montreuil et le cercle de Yélimané au Mali, notamment l’organisation de la relation partenariale avec l’association des ressortissants de Yélimané ADCYF et l’animation de réunions d’information ;
  • La coordination des activités du projet Dias’Invest 237 sur sa composante 2 qui vise la mise en place d’un dispositif d’appui à l’entrepreneuriat de la diaspora camerounaise de France.

Statut et conditions

  • Statut : CDI (si possible en PEC CAE)
  • Prise de poste  : immédiate ou avant le 01/05/2019
  • Rémunération : 21 600 euros brut / an à 27 000 euros brut / an selon grille interne
  • Avantages : prise en charge de 50% des tickets restaurant et 50% du pass Navigo.
  • Horaires de travail : 35h par semaine du lundi au vendredi
  • Disponibilité nécessaire certains soirs et certains week-ends pour les réunions internes à l’association (CA, AG, autres) et les activités avec les bénévoles et bénéficiaires (réunions, points de suivi…)
  • Poste basé à Montreuil en Ile-de-France
  • Missions en France auprès des antennes (Toulouse) et à l’étranger dans les pays de l’action à prévoir (Cameroun, Mali…), durée : 1 à 15 jours
  • Suivi mensuel par le directeur
  • Prise de poste effectuée au siège du SIAD, à Montreuil (93).

Compétences et expériences requises

  • Gestion et montage de projet (cycle projet, cadre logique)
  • Management interculturel
  • Expérience des questions d’accompagnement à la création d’entreprise
  • Connaissance/expérience du public migrant et diaspora
  • Connaissance des écosystèmes et réalités économiques africains (serait un plus)
  • Connaissance du fonctionnement associatif
  • Maitrise de l’outil informatique : pack Office, Internet
  • Bonne organisation de son travail, autonomie
  • Rigueur et méthodologie
  • Capacité d’animation de réunions
  • Sens de l’écoute.

Pour rejoindre notre équipe :

Envoyez Lettre de motivation + CV

Contact : Guillaume Top, directeur

Par email : info@siad.asso.fr

Par téléphone : 09 53 19 16 03

Tagués avec : , , , ,
Publié dans Actualités

Le Pop-up store Résonances Nord-Sud aux Canaux

DSC_0260
DSC_0007
Dimanche dernier, Résonances Nord-Sud organisait en partenariat avec Les Canaux son Pop-up store.
L’objectif premier de cet événement biennal étant de révéler au grand public le savoir-faire d’entrepreneurs sociaux et solidaires en lien avec l’Afrique en leur permettant d’exposer et de vendre biens et services le temps d’une journée conviviale.
Ce dimanche 4 novembre 2018, Les Canaux, haut lieu des économies sociales et solidaires, accueillit une vingtaine de porteurs de projets engagés plus motivés les uns que les autres. Au planning de la journée, un programme bien rempli: atelier collaboratif « entreprendre en Afrique », ateliers cosmétiques artisanaux, atelier cuisine, table ronde « De l’importance des réseaux d’entrepreneurs », buffet sénégalais, etc. Entrepreneurs en devenir, amis, familles, promeneurs du dimanche… Au total plus de 360 visiteurs, des rencontres, des ventes, des promesses de ventes, mais surtout une journée sous le signe de la bonne humeur, de la solidarité et de l’Afrique.
Un grand merci à tous les exposants, aux bénévoles, aux équipes, aux visiteurs et à dans deux ans!
Tagués avec :
Publié dans Actualités

Résonances Nord-Sud aux Canaux le dimanche 4 novembre

pop-up store rns 2016

Vous avez apprécié le premier Pop-up store de Résonances Nord-Sud en 2016 au SenseSpace en plein cœur de Bastille ?

Cet hiver nous vous proposons une seconde édition sur le thème des réseaux d’entrepreneurs !

pop-up store rns

Pop-up store au SenseSpace en 2016

pop-up store rns 2016

Conférence lors du pop-up store au SenseSpace en 2016

 

 

 

 

 

 

Réservez votre dimanche 4 novembre pour venir découvrir les porteurs de projet Résonances Nord-Sud aux Canaux, maison de l’économie sociale et solidaire par excellence (toutes les infos pratiques sont en bas de l’articles).

Pour ceux qui n’auraient pas assisté à la première édition et se demandent « Qu’est ce que pourrait bien être un pop-up store ? ». C’est assez simple, il s’agit d’une boutique éphémère qui permet à des entrepreneurs de venir vendre des biens et services le temps d’une journée. En 2016, lors de notre première édition, événement avait attiré près de 300 personnes sur la journée, en 2018 nous espérons vous accueillir encore plus nombreux.

Notre objectif ? Mettre en lumière des entrepreneurs sociaux faisant un pont entre les deux territoires que sont l’Ile-de-France et l’Afrique.

Ils sont motivés, originaux et persévérants. Ils œuvrent dans le secteur de la gastronomie, du prêt à porter, de la beauté ou encore des accessoires. Venez à la rencontre de nos porteurs de projet pour une journée sous le signe de la découverte et de la bonne humeur.

Un cocktail/brunch/déjeuner sera proposé sur place pour (re)découvrir des spécialité culinaires africaines, vous pourrez également participer à des ateliers cuisine et cosmétique, pas le temps de s’ennuyer ni d’avoir faim !

Infos pratiques :

Pop-up store RNS

Dimanche 4 novembre 2018, de 11h à 19h.

Les Canaux, 75019, 6 Quai de la Loire, 75019 Paris

Publié dans Actualités, Agenda

La coopération décentralisée entre Montreuil et Yélimané par Liman Zabbaou

BF

Depuis plus de 30 ans maintenant, la ville de Montreuil et le Cercle[1] de Yélimané situé au Mali, entretiennent des relations privilégiées à travers une action de « Coopération décentralisée ».

BF

Actuellement, cette coopération se développe selon 4 axes.

Le premier axe d’intervention est celui de la promotion féminine. Le programme de coopération a permis la construction de la  « Maison des femmes » à Yélimané. Cette dernière a tissé des liens avec plusieurs associations basées à Montreuil comme la « Maison des femmes » ou encore « l’Associations des femmes maliennes de Montreuil ».

Le second axe d’intervention est celui de la promotion des conditions d’un développement économique et agricole durable. Sur ce point, le SIAD accompagne depuis 2012 les acteurs de la coopération Montreuil-Yélimané en particulier l’association de migrants ADCYF et le Syndicat Inter Collectivités Méraguémou, dans la mise en œuvre d’un dispositif d’appui à la création d’entreprise dans le cercle de Yélimané. La coopération soutient aussi un programme de la lutte contre la désertification à travers des projet de restauration des sols et de reboisement dans 6 communes du Cercle de Yélimané.

Un troisième volet de cette entente concerne l’appui institutionnel. Les techniciens du Syndicat Inter Collectivités Méraguémou mettent en place des actions de et formation et de renforcement des capacités des techniciens et élus des communes, principalement sur le thème de la maîtrise d’ouvrage.

Finalement la Copdec vise à participer à la mise en réseau des acteurs, à appuyer les initiatives des migrants et à favoriser le développement d’activités d’échanges entre les territoires

Afin d’en savoir plus sur l’actualité de la coopération décentralisée nous avons posé 3 questions à Liman Zabbaou chargée de la coopération pour la ville de Montreuil.

SIAD : Pourriez-vous nous présenter vos actions au sein de la coopération décentralisée ?

Liman Zabbaou : Il s’agit pour nous d’animer et de gérer cette coopération qui aura 35 ans en 2020. Plus précisément, cela signifie coordonner, à distance, la mise en place des actions et des activités arrêtées de manière concertée par les deux partenaires que sont la Ville de Montreuil et le Syndicat Inter-collectivités Méraguémou (qui regroupe et agit au nom du Cercle et des 12 communes qui le composent).

Cette coopération a toujours été animée par la volonté de contribuer au développement du cercle de Yélimané, un cercle qui est confronté à divers enjeux : climatiques, et donc agricoles, et donc économiques. Ce développement ne peut être assuré qu’en partenariat avec les ressortissants du cercle et avec tous ceux qui souhaitent s’y engager comme le SIAD. Il s’agit en réalité de contribuer au codéveloppement en allant rechercher les actions, les partenaires et les cofinancements qui permettront d’y aboutir.

C’est animé par cette volonté, que dans le cadre des derniers plans d’actions et programmes de coopération entre la Ville de Montreuil et Yélimané, a été introduite la thématique du développement économique qui a conduit à la mise en place du Dispositif binational d’appui à la création d’entreprises.

SIAD : Quelles sont les avancées majeures de la coopération pour le cercle de Yélimané depuis 1985 ?

L.Z. : Aujourd’hui, en comparaison à d’autres cercles , le cercle de Yélimané est en avance sur plusieurs sujets comme celui de la gouvernance et de l’appui à la décentralisation (favoriser l’autonomie locale et financière des collectivités).  Cette avancée a été possible grâce à la mise en place du Syndicat Inter-collectivités Méraguémou (SICM) qui regroupe toutes les collectivités du cercle, une mise en place appuyée par la Ville de Montreuil et le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE).

Sur le plan du développement en général, beaucoup reste encore à faire, mais le cercle de Yélimané est également un exemple en nombre d’infrastructures scolaires, de santé, d’adduction d’eau potable etc. C’est un cercle dans lequel il y a eu beaucoup d’investissements du fait notamment, du rôle majeur qu’ont pu jouer les ressortissants regroupés au sein de l’Association pour le Développement du Cercle de Yelimané en France (ADCYF). L’ADCYF a toujours joué un rôle important que ce soit dans le cadre du jumelage-coopération initial, du Programme d’Appui au Développement Durable de Yélimané (PADDY) ou des divers programmes de coopération décentralisée menées en partenariat avec la Ville.

S’agissant du Dispositif binational d’appui à la création d’entreprise, celui-ci est également un marqueur de l’avancée du cercle sur ces questions de développement économique. Cette opportunité, cette possibilité donnée de créer une activité génératrice de revenus sur son territoire (d’origine) par ceux restés à Yélimané ou par les ressortissants aujourd’hui résidents en France, est innovante dans un contexte où de plus en plus de personnes tentent la route de la migration.

SIAD : Au vu du climat politique en France (baisse des subventions pour les collectivités, montée de la droite…) comment de tels projets sont-ils encore en place et pourquoi des collectivités font le choix de la coopération décentralisée?

L.Z. : Il est vrai que, ceci pour diverses raisons, les collectivités font face à des choix budgétaires qui contraignent certaines à repenser leur action à l’international. La coopération décentralisée est une politique publique locale comme une autre. Elle est avant tout l’expression d’un choix et d’une volonté politique conduite par l’Adjointe au Maire en charge de la Coopération, des solidarités internationales, de l’Europe et des populations migrantes, Mme Halima MENHOUDJ.

De ce fait, la Ville de Montreuil s’est donnée, à travers son service Échanges Internationaux et Coopération Décentralisée (EICD), les moyens de poursuivre et de mettre en place des projets de coopération qui intéressent les habitants de Montreuil. Ce sont des projets dans le cadre desquels elle peut impliquer les associations locales comme l’ADCYF, le SIAD, le CASIM etc, et rechercher les partenaires techniques et financiers aux niveaux national et/ou international en fonction des thématiques abordées dans les divers projets. C’est cette approche pluri-acteurs et de mutualisation qui permet aujourd’hui aux collectivités telles que la Ville de Montreuil, de poursuivre leurs efforts à l’international.

Les habitants, pour beaucoup bénévoles associatifs, sont des acteurs majeurs dans la mise en place des actions de Solidarité. Certains sont très au fait de cette coopération Montreuil-Yélimané, d’autres le sont moins. L’enjeu pour la Ville est aussi de mieux informer et de sensibiliser sur ses actions à l’international, et sur leurs impacts à court, moyen et surtout long terme.

[1] L’équivalent d’un département en France

Publié dans Actualités

BooloFood: favoriser l’insertion par la restauration en coopération Nord-Sud

14

Pour cette rentrée nous sommes allés à la rencontre de Codou, entrepreneure de talent dans la restauration. Codou a lancé cette année un service de traiteur et de brunch africain dans le XVe arrondissement de Paris, porteuse de projet déterminée et ambitieuse elle ne compte pas s’arrêter là et multiplie les projets pour BooloFood.DSC_0606

Bonjour Codou, aujourd’hui tu es à la tête de BooloFood, une association de restauration que tu as créé en 2015, peux-tu nous expliquer comment tu en es arrivée là ? As-tu toujours rêvé de travailler dans la restauration ?

D’origine sénégalaise, je suis arrivée en France à l’âge de 16 ans avec ma famille et j’ai décidé d’y étudier la comptabilité. J’ambitionnais de devenir experte comptable. Ma mère, elle, travaillait dans des foyers de migrants, dans des cuisines collectives. J’allais souvent l’aider et c’est là que j’ai pris goût à la cuisine et surtout au service, aider dans ces cuisines c’était des moments où l’on retrouvait du partage et de la convivialité comme en Afrique.

 Tu as alors décidé de t’orienter vers la restauration ?

Non pas encore, suite à des problèmes administratif j’ai dû rentrer au Sénégal, j’y ai repris mes études de comptabilité afin d’obtenir l’équivalent d’un BTS comptabilité. Une fois ces soucis administratifs réglés je suis retournée en France mais c’était compliqué de reprendre mes études. J’ai alors commencé à chercher du travail. Les emplois dans la restauration étant nombreux, j’ai décidé de me former au service et j’ai suivis 6 mois de cours intensifs. J’ai ensuite travaillé en tant que barmaid, chef de rang, puis je suis passée maître d’hôtel et finalement en 2009, sensibilisée par les problématiques sociales, j’ai cofondé l’association Afrique et Espoirs afin de répondre à un appel d’offre pour la gestion d’un restaurant social que nous avons nommé « Le Baobab » à Ivry sur Seine, j’ai postulé pour sa gestion et j’ai été retenue.

Qu’est ce qui t’as plu dans la gestion de ce restaurant social ?

Le restaurant était basé sur un modèle économique de Chantier d’Insertion : se restaurer à moindre coût avec des produits frais et des plats faits maison réalisés par des personnes en insertion. L’objectif lors de la création de l’association Afrique et Espoirs était triple ; ouvrir Le Baobab au public le plus large et divers possible et pas seulement aux usagers des foyers migrants ou primo-arrivants, accompagner des personnes en difficultés dans l’emploi durable et proposer des plats saints et faits maison à un moindre coût.

Est-ce cette expérience qui t’a donné envie d’entreprendre ou as-tu toujours voulu faire ça ?

J’ai toujours eu la fibre entrepreneuriale. J’ai envie d’apporter des solutions impactantes à des problématiques sociétales. Ce qui a vraiment lancé mon projet actuel ce fut un voyage au Sénégal en 2015. Le nombre de jeunes sénégalais à vouloir émigrer en France pour travailler a été pour moi un électrochoc et je me suis dis qu’il fallait créer une structure pour permettre l’insertion par la restauration en coopération Nord-Sud. Permettre aux jeunes du Nord de s’insérer par le voyage, par des transferts et échanges de compétences mais aussi par l’alimentation durable. Permettre aux jeunes du sud de développer des compétences et créer des activités génératrice de revenus.

Entre 2015 et 2018 comment ton projet a-t-il évolué ?

Une fois de retour en France, j’ai cherché des incubateurs afin de développer mon idée et être appuyée, c’est alors que j’ai découvert Résonances Nord-Sud. Lorsque j’ai intégré la promo 4 de RNS nous avons travaillé sur mon business model et j’ai dû prioriser mes activités (viser haut mais commencer petit). J’ai décidé de mettre en place une entreprise de traiteur où nous utiliserions des produits traditionnels produits par des jeunes et des femmes au Sénégal en faisant appel au circuit court et en travaillant avec des AMAP (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne) en France. J’ai comme perspective de proposer des plats « de la graine à l’assiette ».

Aujourd’hui BooloFood propose un service de traiteur et un brunch en nomadisme avec le restaurant La Grenouille Bleue dans le XVe, peux-tu nous en dire un peu plus sur cette activité ?

Depuis le mois de mars j’étais en phase de prototypage afin de vérifier la viabilité de mon business model. Le restaurant la Grenouille Bleue a accepté de me mettre à disposition ses locaux au lieu de fermer pour le weekend afin d’y organiser tous les samedis un brunch africain.

A la rentrée notre offre va évoluer et afin d’exploiter au maximum cette phase test nous allons déplacer nos brunchs au dimanche et uniquement le premier dimanche du mois. De plus nous accueillons en septembre notre premier apprenti qui va nous aider au niveau notamment du design (web, produits…).

Quels sont tes projets d’avenir pour Boolofood ?

Notre but serait de trouver un local qui nous permettrait de réaliser toute la semaine notre activité de traiteur tout en continuant de travailler avec les groupements d’intérêts économiques de jeunes et de femmes au Sénégal et les AMAP en France ett permettre le maximum de jeunes sans emploi de s’insérer dans la vie active.

Publié dans Actualités, Entrepreneur du mois

Le SIAD recrute!

groupe fb cré'afrique

Volontariat de Service Civique – 8-12 mois

groupe fb cré'afrique

 

Diversité, insertion et création d’entreprises : appuyer les diasporas africaines dans la création d’entreprise en Afrique

Durée : 8-12 mois (à partir du 1er septembre 2018)

 

Nous recherchons un(e) service civique pour participer au développement de notre offre d’appui et formation en direction des entrepreneurs et associations de solidarité internationale des diasporas africaines.

Cadre d’intervention :

Le SIAD :

Le Service International d’Appui au Développement est une Organisation de Solidarité Internationale (OSI) française créée en 1988. L’association a vocation à appuyer le développement économique durable en Afrique subsaharienne. Ses actions visent à soutenir les jeunes entrepreneurs, les femmes et les organisations paysannes dans le développement d’activités économiques pérennes, responsables et solidaires. Ses actions s’inscrivent dans un partenariat stratégique avec la coopérative financière Cofides Nord-Sud, créée en 1995 pour soutenir l’accès aux services financiers des promoteurs économiques africains.

 

Le SIAD soutient le développement économique durable de l’Afrique selon 3 grands axes d’intervention :

  • L’appui à l’entrepreneuriat par la formation, le compagnonnage et l’incubation d’entreprise : en France et en Afrique, nous favorisons les initiatives économiques et sociales en accompagnant les porteurs de projet dans la création et le développement de leur entreprise. Grâce à des méthodes et des outils de formations adaptés (en présentiel mais aussi à distance), le SIAD apporte les connaissances et les informations pratiques nécessaires aux entrepreneurs de demain. Au sein de pépinière d’entreprises (notamment à Yaoundé, au Cameroun) et d’accélérateur (notamment à Montreuil), nous leur offrons également des espaces de travail mutualisés, un cadre d’apprentissage collectif et une équipe permanente d’appui conseil.
  • La structuration de filières agricoles durables et la sécurité alimentaire : nous permettons aux producteurs du Sud participants d’une agriculture familiale d’améliorer leurs conditions économiques en soutenant et diversifiant les activités génératrices de revenus qu’ils mettent en œuvre mais aussi grâce au développement de filières porteuses et la mise en place de services collectifs innovants (de conservation, de commercialisation, de transport, de financement etc.).
  • Et de manière transversale, l’accompagnement de l’action des diasporas : nous soutenons les initiatives des diasporas africaines, associations (OSIM) comme entrepreneurs, dans le montage et la mise en place de leurs projets à vocation économique. Nous considérons l’action des diasporas comme un vecteur de solidarité entre les pays de vie et les pays d’origine via le transfert de compétences, de moyens et de valeurs.

 

Le SIAD participe aussi depuis 2012 d’un effort d’accès aux énergies vertes pour lutter contre la « facture énergétique » en Afrique, qui prive d’accès plus de 80% des populations rurales. Le SIAD met en place des systèmes d’accès à l’énergie misant sur les ressources locales disponibles (comme l’énergie solaire), favorisant ainsi la création d’entreprise et réduisant la migration des jeunes vers les villes.

En 2017, l’association exécute 15 projets de développement international dans 6 pays : Burkina-Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, France, Mali, Sénégal, au travers de l’action de 3 antennes (Montreuil, Toulouse et Ouagadougou) et de 41 partenaires locaux.

Plus d’infos : www.siad.asso.fr

Les programmes Cré’Afrique et Dias’invest :

Cré’Afrique est une communauté solidaire, proposant aux diasporas africaines un soutien pour favoriser la création d’entreprise, par un accompagnement structuré et personnalisé, le partage des connaissances et des compétences, des outils, des formations et un appui à la recherche de financement.

Dias’invest est un dispositif d’accompagnement pour les entrepreneurs de la diaspora camerounaise. Articulé entre la France et le Cameroun, le dispositif a vocation à  accompagner les entrepreneurs souhaitant créer leur entreprise au Cameroun.

Ta mission :

En étroite collaboration avec l’équipe SIAD au siège, salariée et bénévole, tu auras pour mission de :

1/ Identifier, Accueillir, Informer les porteurs de projet

  • Appuyer l’accueil des porteurs de projet pour leur offrir conseil et orientation concernant leur projet.
  • Participer à l’évaluation de leurs besoins, à l’orientation vers un accompagnement adapté et à la définition d’objectifs d’accompagnement.
  • Appuyer le suivi des binômes porteur de projet – accompagnateur et à l’évaluation des missions d’accompagnement.

2/ Animation de la communauté

  • Contribuer au développement du réseau de bénévoles.
  • Participer à l’organisation du process de sélection des entrepreneurs
  • Participer à l’organisation et l’animation de temps de formation et d’échanges à destination des bénévoles du SIAD mobilisés pour l’accompagnement des porteurs de projet.
  • Participer à l’organisation et l’animation d’ateliers sur la thématique de la création d’entreprises en Afrique.

3/ Appuyer les actions en direction des associations de solidarité internationales des diasporas africaines

  • Participer à l’organisation d’ateliers de formation en direction des membres des associations partenaires
  • Appuyer le développement des relations avec les associations du territoire

En résumé, participer au développement de la communauté SIAD et au succès des projets des entrepreneurs des diasporas que l’association accompagne !

Ce que nous t’offrons : 

  • Rejoins une équipe dynamique et polyvalente composée de salarié(e)s et de bénévoles engagé(e)s et motivé(e)s.
  • Rencontre de futurs créateurs d’entreprise des diasporas africaines en Ile-de-France et comprends l’impact de leur action pour le développement de l’Afrique.
  • Découvre l’ambiance chaleureuse de Montreuil, carrefour d’identités multiples.

Ton profil :

  • Tu as un très bon relationnel et tu sais faire preuve d’écoute et bienveillance.
  • Tu es autonome, sais faire preuve d’initiatives et as le goût du challenge.
  • Tu as un fort intérêt pour les questions de solidarité internationale, de développement économique au Nord et au Sud.
  • Une expérience dans l’animation et des connaissances entrepreneuriales seraient un plus

 Statut et conditions :

  • Statut : volontariat en service civique (service-civique.gouv.fr)
  • Horaires de travail : 35h par semaine
  • Durée : 8-12 mois
  • Poste basé à Montreuil (93) en Ile-de-France
  • Indemnisation selon conditions du Service Civique
  • Suivi hebdomadaire par la Chargée de mission Diasporas

Pour rejoindre notre équipe :

Envoyez Lettre de motivation + CV

groupe fb cré'afriqueContact : Diane Demoen, chargée de mission Diasporas

Par email : diane.demoen@siad.asso.fr

Par téléphone : 09 53 19 16 03

 

Publié dans Actualités

Calendrier

août 2021
L M M J V S D
« Juil    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Le blog est un espace d’échange où tous les acteurs du SIAD peuvent publier leurs expériences, leur ressenti, etc. Tous les mois, nous mettons aussi en avant l’entrepreneur du mois et les projets en cours.