MEET Africa 2 : Lancement de l’accompagnement des porteur.se.s de projet 

217578877_283164746938615_3757509750909477285_n

 

217578877_283164746938615_3757509750909477285_n

 

Après la réunion de lancement du programme tenue le mois dernier, le SIAD a lancé l’accompagnement des porteurs de projet de la diaspora dans le cadre dispositif daccompagnement MEET Africa 2. 15 porteurs de projet ont été retenus pour cette promotion, les premières séances de coaching ont commencé dès le mois d’août.  

Le SIAD a été retenu comme opérateur au Cameroun sur le projet Meet’Africa 2 qui vise à accompagner l’entrepreneuriat de la diaspora dans 6 pays africains, notamment grâce à l’exéprience accumulée sur le projet Dias’Invest237. 

  

Comment se présente laccompagnement? 

 

Le parcours daccompagnement de la phase France de MEET Africa s’étale sur une période de 6mois, précisément de juillet 2021 à janvier 2022Elle sera suivie d’une phase d’incubation Cameroun jusqu’en juillet 2022. 

Laccompagnement sera assuré par 4 coachs issus du SIAD et de nos partenaires : Agro-PMEO’Botama et Bina Way. Le parcours se décline en quatre étapes :  

Étape 1: au cours de la première étape, un coach est assigné à chaque porteur de projet. Un premier diagnostic est établi afin didentifier les besoins prioritaires de lentrepreneur.eÀ la suite de ces rendez-vous, une feuille de route est établie pour chaque porteur.se.s de projet. Elle inclut notamment le calendrier et les différentes activités à réaliser au cours de laccompagnement. 

Étape 2 : la deuxième étape consiste à mettre en place les séances de coaching, de manière bi-hebdomadaire pendant les 6 mois de l’accompagnement.    

Étape 3: laccompagnement comprend également des ateliers collectifs. Au total, 8ateliers dintelligence collective, ainsi que 7ateliers thématiques (étude de marché, business modèle, stratégie marketing et communication, impact économique/social et financement) sont prévus.   

Étape 4 l’entrepreneur.e pourra bénéficier d’un appui-conseil spécifique avec un experten fonction de ses besoins identifiés avec le coach.  

 

Nous souhaitons à cette première promotion Meet’Africa 2 un bon début de formation et une bonne réussite pour la suite de laccompagnement 

 

Capture d’écran 2021-08-25 à 16.27.36

(Le graphique détaillé de la formation ) 

 

 

 

Publié dans Actualités

PADES – Le programme se poursuit avec le début des formations

Capture d’écran 2021-08-20 à 17.33.01

Capture d’écran 2021-08-20 à 17.33.01

Depuis la tenue du dernier Comité de pilotage au Burkina Faso, le programme PADES suit son cours normalement. Pour rappel le PADES, lancé en juillet 2020 et d’une durée de 16 mois, a pour objectif principal d’assurer l’insertion permanente des populations dans leurs territoires, par la promotion l’entrepreneuriat des jeunes et femmes dans les filières porteuses, tout en contribuant à la stabilité de la région du Sahel.

Quelques statistiques sur la promotion 

Les secteurs d’activité choisis par les porteurs de projet sont divers variés : l’élevage, le commerce, la restauration, la transformation et le service. Cependant, on remarque une prédominance pour le secteur de l’élevage choisi par près de 77 % de la promotion. 

Le programme PADES propose aux candidats une formation sur trois niveaux. Une formation entrepreneuriale sur trois mois, une formation métier spécifique qui s’étale sur 2-3 jours et enfin un atelier plan d’affaires d’une durée de 3 jours. L’ensemble des formations sont proposées aux 240 porteurs de projet.

La suite du programme PADES

Après la mise en place des formations, un service d’appui/conseil sera également proposé à l’ensemble de la promotion. Ce service débutera au mois d’août et prendra fin au mois de décembre.

Publié dans Actualités

CIMAR – Les formations des jeunes ont débuté le 21 juin

WhatsApp Image 2021-05-20 at 15.53.24

Le 21 juin dernier démarrait la première session de formation du projet CIMAR Technopôle. Les 144 jeunes du département du Moungo retenus à l’issue de la sélection seront formés pendant 6 mois à des spécialités des métiers ruraux non agricoles, innovants et durables. Les jeunes seront notamment formés à la production de biofertilisants ou à l’énergie photovoltaïque.

 

Le processus de sélection et le profil des futurs apprenants

336 dossiers avaient été reçus par l’équipe, à la clôture de l’appel à candidatures le 23 avril, après une campagne de sensibilisation de plusieurs mois autour des enjeux de la formation professionnelle et de l’économie verte.

Les entretiens de sélection ont été menés du 14 au 19 mai pour aboutir à une liste de 144 candidat.e.s retenu.e.s. La promotion compte 24% de femmes, une proportion qui sera amenée à augmenter pour les prochaines promotions.

Les principaux critères recherchés chez les candidat.e.s étaient les compétences techniques et professionnelles et l’expérience dans le domaine de formation demandée. Pour les candidats souhaitant s’orienter vers l’auto-emploi, les perspectives de croissance de leur projet d’entreprise et la capacité à mobiliser des financements ont également été prises en compte.

Parmi les profils retenus, 46% étaient en auto-emploi, 32% demandeurs d’emploi et 12% salariés. Les jeunes portant déjà leur projet d’entreprise exercent dans un secteur d’activité en lien avec la production agricole pour 42 % d’entre eux, dans le secteur photovoltaïque pour 16 % ou de la construction métallique pour 10%.

WhatsApp Image 2021-05-20 at 15.53.24

 

Le parcours de formation du projet CIMAR Technopôle et le profil des candidats

Les jeunes sélectionnés seront formés et répartis dans 4 centres autour de la commune de Njombé, en fonction de la spécialité choisie.

9 spécialités innovantes et durables étaient ouvertes aux candidatures et accueilleront toutes des élèves. Parmi les formations les plus fournies, 38 candidat.e.s ont été retenu.e.s pour la formation dans les métiers agroécologiques, spécialisation biofertilisant et agriculture urbaine, 33 candidat.e.s suivront la formation de , et 21 la formation aux services digitaux, informatiques et de conseil.

Les formations doivent transmettre les compétences techniques et de gestion pour permettre aux jeunes de s’insérer sur le marché du travail par l’emploi ou l’auto-emploi. 60% des candidat.e.s retenu.e.s ont indiqué vouloir créer leur entreprise, la formation doit également leur permettre de préciser ce projet professionnel.

Deux sessions de formation suivront cette première promotion qui s’achèvera en novembre.

IMG_20151101_122239

Publié dans Actualités

Bilan du projet Dias’Invest 237

ACE_0074 (2)

ACE_0074 (2)Dias’Invest 237, un des principaux projets du SIAD ces dernières années arrive à sa fin. Du 13 au 15 avril 2021 se sont tenus les évènements de clôture du projet. Un troisième et ultime comité consultatif d’orientation ainsi qu’un séminaire de clôture ont permis de dresser le bilan des différentes composantes du projet et de tirer les enseignements de cet ambitieux projet d’accompagnement à l’investissement productif de la diaspora camerounaise. Après 3 ans et demi de suivi et plus d’1 million d’euros de financement, c’est un chapitre qui se termine pour le SIAD.

Initié par le Ministère des Relations Extérieures du Cameroun, financé par l’AFD et mis en place avec nos partenaires Agro-Pme, RMDA et OFAD ; le dispositif Dias’Invest 237 avait pour objectif de favoriser la réussite de projets de création, reprise ou développement d’entreprise porté par la diaspora camerounaise au Cameroun.

Le séminaire de clôture organisé par le SIAD les 14 et 15 avril derniers ont permis de réunir les personnalités du gouvernement camerounais et du monde diplomatique et les acteurs de la société civile investis dans les enjeux du rôle de la diaspora dans le développement durable et économique du Cameroun.

Bilan d’un projet d’envergure 

Sur 198 candidatures reçues, le programme a permis à 70 porteur.euse.s de projet, dont 34% de femmes, de bénéficier d’un accompagnement allant du diagnostic au développement de leur entreprise.

Articulé entre la France et le Cameroun, le dispositif d’appui à l’entrepreneuriat reposait sur un accompagnement flexible et personnalisé. Les parcours, établis suite à un diagnostic approfondi, avaient pour objectif de s’adapter aux besoins précis des porteur.euse.s de projet par le biais de coachings personnalisés, d’expertises et de formations entrepreneuriales sur une durée de 9 mois en moyenne. Le suivi des entrepreneur.e.s jusqu’à un an après le lancement de leur entreprise a permis d’apporter l’appui de la structure dans la recherche de financement et d’assurer la viabilité des projets nouvellement lancés.

Accompagnement DI237

Le programme a ainsi permis le développement d’entreprises dans 16 secteurs différents et répartis dans 7 régions du Cameroun. Lors de la clôture du dispositif, 40 entrepreneur.e.s s’étaient réinstallés au Cameroun de manière définitive et 36 candidat.e.s accompagné.e.s étaient en activité.

Article BILAN DI237

Avec un investissement moyen de 22 millions de FCFA et une moyenne de 3,8 emplois créés au lancement, ces projets représentaient un investissement conséquent pour ‘léconomie camerounaise. Certaines entreprises accompagnées ont connu grâce au programme de véritable success story, à l’image de la compagnie d’assurances AcamVie qui enregistrait dès 2019 un chiffre d’affaires de 1,136 milliard de FCFA (1.7 millions d’euros) ou de  l’entreprise ISTAM qui en 2020 avait créé 111 emplois.

Le bilan encourageant du projet et l’engouement des différents acteurs présents, dont le Club des entrepreneur.e.s Dias’Invest 237 créé en mars 2021, ouvre la voie à différentes réflexions sur une nouvelle version du programme et sur divers autres moyens d’inclure davantage la diaspora camerounaise dans le développement économique et local du pays.

Pour plus d’informations sur le projet, retrouvez les résultats de l’étude finale de capitalisation et d’évaluation du dispositif tel que présenté au séminaire de clôture ici.

Publié dans Actualités

CIMAR – Tenue de l’atelier de lancement du projet et début des formations

DSC_0716

DSC_0716

Le 31 mars dernier, s’est tenu l’atelier de lancement sur le projet CIMAR Technopôle sur le site du projet à Njombé dans l’Ouest du pays, suivi de la première réunion du Comité Consultatif d’Orientation (CCO). Sur place étaient présents les principaux collaborateurs au projet, les membres d’Agro-PME et de la COFIDES Nord-Sud, ainsi que les représentants locaux des institutions et communautés partenaires. Le SIAD avait également fait le déplacement.

Cela a été l’occasion de célébrer officiellement le lancement du programme et d’en présenter les principaux enjeux et objectifs aux populations et autorités du département du Moungo, dont notamment, le délégué départemental du Ministère de la Jeunesse et de l’Éducation Civique (MINJEC), également présents ce jour.

Le CIMAR Technopôle est un dispositif d’insertion socio-professionnel, par la formation duale et entrepreneuriale. Financé par l’Union européenne, au travers de son programme de formation professionnelle Archipelago, le dispositif a pour objectif principal d’apporter des compétences nouvelles aux jeunes du Moungo. Il vise notamment à leur permettre d’être plus compétitif sur le marché du travail par l’emploi salarié ou l’auto-emploi à travers les métiers innovants des fonctions supports à l’agriculture, nous rappelle M. Robert Monkam, président d’AGRO-PME, également présent lors de cet atelier.

Le lancement du parcours d’accompagnement

La campagne d’appel à candidature s’est achevée avec plus de 300 candidatures, ce qui laisse la place à la mise en place du parcours de formation professionnelle.

Cet accompagnement sera réalisé en plusieurs étapes, en commençant par le lancement du programme de formation pour des jeunes retenus.

Le programme mettra à disposition quatre plateaux techniques répartis dans le département qui pourront être utilisés par les jeunes pour mettre en pratique leur formation ou produire leurs prototypes. Le MINJEC a permis d’équiper ses lieux en matériel en fournissant des kits de matériel.

DSC_0698Les participants à la cérémonie devant les kits remis par le MINJEC.

Une réponse aux questions d’employabilité des jeunes dans le Moungo.

À l’issue de ce parcours de formation, près 400 jeunes, dont 40% de femmes, auront bénéficié d’une formation par le biais du CIMAR. Près de 360 jeunes auront pu être insérés sur le marché du travail, dont 60 en tant qu’employés.

Comme l’indique le Président d’Agro-PME, “Les jeunes ne deviendront plus les problèmes dans le Moungo; mais plutôt les solutions aux problèmes rencontrés dans le département.”

Ce dispositif se veut notamment comme une réponse aux questions d’employabilité des jeunes de la région par une insertion efficace dans le monde du travail.

Publié dans Actualités

Projet PADES : l’accompagnement entrepreneurial au Burkina prêt à démarrer

PADES photo rogné

PADES photo rogné

Le 28 janvier dernier, s’est tenu le deuxième Comité de pilotage du projet PADES. L’occasion d’échanger, entre les différents acteurs du programme, de l’état d’avancement du programme PADES.

Sept mois se sont écoulés depuis le lancement du PADES dans le Nord du Burkina Faso. Pour rappel, le PADES est le nouveau programme lancé par le SIAD, en partenariat avec la Mairie de Gorom-Gorom, UCEC Sahel et notre partenaire, l’ONG Africare.

Financé par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères (MEAE), le programme a pour objectif principal la création et la pérennisation d’emplois, par le biais de l’entrepreneuriat en milieu rural, dans les chaînes de valeur de l’élevage.

 

Une progression régulière malgré les contraintes sécuritaires 

« La commune de Gorom-Gorom se situe dans une région en proie à l’insécurité, à la pression de groupes terroristes et c’est pourquoi il est impératif d’agir », souligne Frédéric Bontems, envoyé spécial pour le Sahel auprès du MEAE présent pour cette réunion importante.

L’insécurité et le conflit qui sévissent dans l’Oudalan, région située dans le nord du pays, ont fortement impacté le déroulement du programme.

En effet, les contraintes sécuritaires ont amené un retard de plusieurs mois sur ce projet. Des solutions ont cependant déjà été envisagées afin de rattraper ce retard. L’équipe s’est notamment renforcée en recrutant un superviseur basé dans la zone d’intervention, malgré les contraintes sécuritaires, ce qui sera un réel coup de pouce à la relance du projet.

Le projet continue néanmoins son avancée. En effet, l’appel à candidature pour l’offre de formation a attiré l’attention d’un large public. Sur près de 2888 candidatures d’entrepreneurs déposées, 240 ont été retenues, à la suite d’une sélection minutieuse.

L’accompagnement à l’entrepreneuriat, véritable moteur du programme, peut finalement commencer.

 

Et maintenant ?

Le parcours de formation d’une durée de 8 mois proposée aux porteurs de projets comprend : Une formation entrepreneuriale et technique ; un appui à la mobilisation de financements ; et un accompagnement personnalisé à la création et au lancement d’entreprise.

« Ce projet se veut une réponse à la problématique de l’employabilité et de l’entreprenariat de la jeunesse au Sahel. Cet engouement autour du projet, montre la nécessité d’accompagner et d’encadrer les jeunes, c’est une réponse à la crise sécuritaire que nous vivons presque quotidiennement. », nous témoigne Ibrahim Ag Attahir, maire de Gorom-Gorom, également présent lors du COPIL.

Une attention particulière est portée aux besoins des femmes, actrices majeures du programme, comme nous le rappelle Frederic Bontemps « La dimension genre est extrêmement importante, c’est un axe essentiel de ce qu’on est en train de faire ».

Il s’agit d’un accompagnement complet qui permettra, aux différents porteurs de projets, une meilleure insertion dans la chaine de valeur de l’élevage et par conséquent une stabilité professionnelle et une plus grande autonomie. Le développement de l’activité économique permis par ce projet doit contribuer à la réponse aux difficultés socio-économiques, reconnues comme étant à l’origine du conflit (pour plus d’information sur la situation sécuritaire et la réponse à y apporter, consulter le rapport de l’ONG Crisis Group).

Publié dans Actualités

Lancement Campagne d’Appel à Dons 2020

1

Depuis sa création en 1988, le SIAD a pour vocation le soutien à l’entrepreneuriat social et inclusif en Afrique. À travers nos dispositifs d’incubation des diasporas en France et l’installation de plateformes d’appui à l’entrepreneuriat en Afrique, nous nous engageons au côté des diasporas pour un développement durable et solidaire de l’Afrique. Par notre capacité à accompagner nos porteur.euse.s de projet autant en France que dans leur pays d’origine, nous nous mobilisons pour la réduction des inégalités, la solidarité et le développement par l’autonomisation et la formation. Ainsi, plutôt que d’implanter notre ONG directement en Afrique, nous avons fait le choix de travailler en étroite collaboration avec les acteurs locaux comme les collectivités territoriales, les producteur.rice.s ou encore les services publics.

Aujourd’hui le SIAD, ce sont 8 projets de développement menés à bien dans 6 pays, 5 765 personnes touchées positivement, 472 entrepreneur.euse.s accompagné.e.s et plus de 40 partenariats.

A quoi servira l’argent collecté ? 

Vos dons, nous permettrons de poursuivre notre mission en 2021 en assurant la pérennité de l’association, mais surtout en aidant à la réalisation de 3 projets d’envergure.

Le projet PADES a pour objectif de soutenir la création et le développement d’entreprises du secteur de l’élevage dans la commune de Gorom Gorom au Sahel burkinabé. Débuté en juillet 2020, le projet s’intensifiera tout au long de l’année 2021. En appuyant plus de 500 projets d’entrepreneuriat, le PADES permettra de sécuriser et pérenniser les activités économiques de la région. Nous estimons ainsi que ce sont plus de 1600 jeunes et femmes qui en seront les premier.e.s bénéficiaires.

L’année 2021 verra aussi le lancement concret du projet CIMAR TECHNOPOLE qui œuvre pour la mise en place d’un dispositif d’insertion socio-professionnelle dans la région du Moungo au Cameroun. Ainsi, par le soutien à l’entrepreneuriat et le développement de formation duale, le projet permettra la formation et l’autonomisation d’environ 400 jeunes, dont 40% de femmes, et leur insertion par la suite, sur le marché du travail.

Enfin, nous souhaitons relancer dès le début de l’année un cycle de formation à l’entrepreneuriat des diasporas à Montreuil dans le cadre du dispositif Résonance Nord-Sud. Entre 2015 et 2019, le dispositif a accompagné 78 porteur.euse.s de projet réparti.e.s en 7 promotions. Après un bilan de ces premières années d’existences, nous souhaitons lancer une version améliorée et durable du dispositif afin qu’il accompagne de manière toujours plus efficace les entrepreneur.euse.s en devenir.

 

Pour faire un don  

Publié dans Actualités

Retrouvez le rapport d’activité 2020 du SIAD

Miniature Rapport Activités 2019-2020

Le rapport d’activité 2019-2020 du SIAD est maintenant disponible. Vous y retrouverez le bilan financier de l’association et une synthèse de nos activités sur la période.

Cette année 2020 aura vu le projet Dias’Invest, lancé il y a maintenant 3 ans, arriver à son terme, mais aussi 2 nouveaux projets importants débuter : le PADES au Burkina Faso et le projet CIMAR Technopôle au Cameroun. Financé à hauteur de 500 000 € par l’Union Européenne pour une durée de 2 ans, ce projet vise à dynamiser la formation professionnelle et l’accompagnement entrepreneuriale au Cameroun. Par son ampleur et son ambition, il représentera une activité importante dans les prochains mois pour notre structure.

Retrouvez le rapport d’activité complet ici : Rapport_d’Activité_SIAD-2019_2020

Et découvrez en image un résumé de notre activité et de nos différents projets sur la période 2019 – 2020 :

RActivités 2019-2020

Activités 2019-2020

Activités 2019-2020

Publié dans Actualités

Le SIAD arrive sur Twitter

twitter-logo-1200x1200

Pour sa rentrée, le SIAD arrive sur Twitter. N’hésitez pas à nous suivre pour du contenu engagé et vous tenir au courant de nos projets !

Nous y posterons régulièrement des actualités sur les projets du SIAD ainsi que du contenu sur les diasporas africaines et sur les intiatives de développement au Sahel.

Bonne rentrée à toutes et tous et à bientôt sur Twitter !

Publié dans Actualités

Le dispositif Dias’Invest 237 soutient 19 entrepreneur.e.s face à l’urgence du Covid

lauréats csubv

Dans le cadre du dispositif de soutien à la diaspora camerounaise Dias’Invest 237 mis en œuvre depuis 2017,  le SIAD aux côtés de ses partenaires a mis en place un appel à projets, visant à subventionner les entreprises les plus en difficulté face à la crise économique liée au Covid-19. 19 entrepreneur.e.s ont été selctionné.e.s pour recevoir une aide entre 2 000 000 à 5 000 000 francs CFA, financée par le Ministère des Relations Extérieures du Cameroun.

La crise sanitaire et économique générée par la pandémie de Covid-19 a durement impacté les acteurs économiques au Cameroun. Elle représente un challenge majeur pour les entrepreneur·e·s accompagn·e·s par Dias’Invest 237. Certaines entreprises font face à une baisse de leur activité, quand d’autres, notamment sur les marchés de la santé ou de l’hygiène, voient au contraire leur demande exploser.

Les projets soutenus ont été sélectionnés sur 3 principaux critères :

  • la dimension essentielle de leur activité ;
  • leur rôle dans la réponse à la crise sanitaire ;
  • l’ampleur des difficultés rencontrées face à la crise.

Le Ministère des Relations Extérieures, le SIAD et toute l’équipe du projet Dias’Invest 237 sont donc heureux de vous présenter la liste des 19 lauréat·e·s retenu·e·s pour bénéficier d’une subvention exceptionnelle dans le cadre de l’appel à projets « Urgence Covid »., à retrouver sur le site de Dias’Invest.

 

Publié dans Actualités

Calendrier

septembre 2021
L M M J V S D
« Août    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Le blog est un espace d’échange où tous les acteurs du SIAD peuvent publier leurs expériences, leur ressenti, etc. Tous les mois, nous mettons aussi en avant l’entrepreneur du mois et les projets en cours.